KALEIDOSCOPE

30. juin, 2017

Embarquement immédiat

Après la célèbre "Affaire Harry Québert", n'hésitez pas à plonger dans la vie des Baltimore. Je ne me l'explique pas, mais Joël Dicker m'embarque à chaque fois dans son monde avec une facilité déconcertante. Lire cette histoire, c'est être un peu chez soi et un peu au cinéma. Les personnages, attachants, prennent vie et ne nous quittent plus jusqu'à la page finale. Cette fois-ci nous ne sommes pas dans le polar mais dans les rapports humains et leur force au quotidien. Joël Dicker se réinvente et nous enchante. Le personnage principal de "l'Affaire Harry Québert" est toujours là car l'auteur avait en tête une trilogie... Le troisième roman devrait donc pointer le bout de son nez. A cette heure, Monsieur Dicker doit être en train d'écrire, chut... (article rédigé par Cathy Pia)

30. juin, 2017

Cultiver sa joie de vivre

J'ai découvert Charles Pépin avec son essai sur l'impact positif de l'Art sur chacun de nous, un régal. Cette fois-ci, il propose un roman dont le personnage sait apprécier chaque instant de sa vie, fut-elle au plus bas de ses espérances. Il applique le célèbre "Carpe Diem" et il a bien raison ! Chaque journée peut offrir telle une fleur fragile, ses pétales de beauté. A nous de les cueillir un à un pour les ressentir, les admirer. Même en plein procès, le personnage transforme le moindre détail en un souffle, une respiration, une bouffée d'osygène. Ne devrions-nous pas nous inspirer de cette approche de la vie ? Mesdames, allons-y, mettons-nous à danser en étendant le linge, à chanter en lavant la vaisselle et inversons la courbe de notre journée, il ne tient qu'à nous de savoir apprivoiser et magnifier notre quotidien. Bienvenue dans le monde de ceux qui cultivent leur joie de vivre, et tant pis pour les autres... Ci-dessous, l'analyse du philosophe en vidéo. (article rédigé par Cathy Pia)

31. mai, 2017

Enquête & palette

Un roman mêlant peinture et vie parisienne. Le point de départ du pourrait être d'actualité avec tous les sites en vogue type Airbnb, Abritel... Comment deux personnes ne se connaissant se retrouvent dans le même appartement en location, un atelier d'artiste chargé d'histoire. En dehors de l'histoire à proprement parler et de l'enquête menée autour du peintre, ce sont les références à l'art et aux artistes qui m'ont plues. En voici quelques exemples : citation de Hopper "Si vous pouviez le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre" ou encore de précieuses informations sur l'histoire du lapis-lazuli ou bleu d'outremer : "utilisé par Fra Angelico, Léonard de Vinci et Michel-Ange, ce pigment bleu mythique extrait d'une roche importée d'Afghanistan, était si rare qu'à la Renaissance, son prix dépassait celui de l'or", "mummy brown, le brun égyptien". (article rédigé par Cathypia)

14. janv., 2016

Une chute prévisible

Quand je lis une histoire, j'aime particulièrement être surprise par sa chute. Rédiger une chute n'a jamais été une obligation d'auteur. Ici, il y en a une... et je l'avais devinée. Mais le fond du livre est très prenant. Un juge nostalgique à la retraite se propose d'héberger chez lui, pour une nuit, un homme de passage dont la voiture est tombée en panne. Celui-ci se retrouve entouré de quatre anciens du barreau, prêts à tout pour revivre leurs émotions de pros des tribunaux. Qui sera l'accusé ?... L'homme de la panne bien entendu. Jusqu'où iront-ils ? Jamais on avait vu un tel accusé. On se prend largement au jeu. (article rédigé par Cathy Pia)