14. juil., 2022

Le concilia "bulles" 2022 est ouvert !

Elles sont toutes là, il n’en manque pas une, elles se sont données le mot. Une révolution silencieuse est en marche. Elles attendaient ça depuis si longtemps. Leur revendication est simple : pouvoir se réinventer, casser la routine, servir d’autres causes.

La séance est ouverte ! Une première bulle prend la parole : 

 - En tant que bulle d’un simple prospectus d’atelier BD depuis déjà huit ans, je demande aujourd’hui, devant vous, à ce pupitre, une promotion. Le professeur de bd que je soutiens depuis mes débuts a toujours été très respectueux envers moi, me laissant remplir ma bulle de mots que j’ai pu choisir. J’aimerais désormais pouvoir servir une noble cause comme celle de l’écologie ou de la protection animale.

- A mon tour ! Avec le temps, j’ai plus la sensation d’être un boulet qu’une bulle. J’ai décroché mon premier poste en 1929 dans une BD incontournable qui fait encore partie du paysage des lecteurs. Rééditée à plusieurs reprises, j’ai subi bon nombre de liftings forcés. Ça ne peut plus durer, je veux pouvoir disposer de mon corps comme bon me semble.

Dans l’hémisphère, le débat promet d’être animé, comme toujours. Entre les bulles rondes qui n’arrêtent pas de jacasser, les bulles nuages qui n’osent jamais dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, les bulles éclairs qui foudroient régulièrement la salle de leurs cris et les bulles en pointillés qui chuchotent à peine, le chef de séance ne sait plus où donner de la tête. 

- S’il vous plaît ! Un peu de silence, on ne s’entend plus. Pour celles qui seraient encore dans le vestibule, il est grand temps d’arriver. Je vais maintenant donner la parole au siège 118, allez-y c’est à vous.

- Merci bien. L’heure est venue de réactiver l’ascenseur social et la revalorisation du travail ! Oui, c’est mon combat depuis 27 ans et je sais de quoi je parle. On aimerait toutes ici terminer notre vie à Angoulême mais les places sont chères. Il est temps de créer des lois qui permettront à chacune, sans distinction aucune, d’accéder à cette apothéose. Le travail se doit de devenir motivant et épanouissant, et ce, quelle que soit la cause que vous servez : bulle de cuisine, bulle de philosophie ou bulle de science fiction, peu importe… 

- Ah mais non, et puis encore ! Tu veux jouer les funambules ? Restons sérieux, on ne passe quand même pas toutes les mêmes messages ! En tant que bulle attitrée des oeuvres de Victor Hugo je ne peux pas laisser passer ça.

- Mesdames, s’il vous plaît.

- Victor Hugo ? Mais de quoi parles-tu ? Tu n’existais pas il y a cinquante ans ! Tu es apparu avec la mode des romans graphiques alors n’exagérons rien je te prie, inutile de prendre cet air de pitbull

- Je donne la parole au siège 14.

- Enfin ! Je pense qu’il y a confusion. Les romans graphiques ont véritablement gagné leur place au sein de notre monde et je les défendrai coûte que coûte. Sans eux, combien de jeunes n’auraient jamais daigné s’intéresser aux oeuvres classiques ? Il va sans dire que cette mode des romans graphiques contribue à la diffusion de la culture.

- Mais ces lecteurs n’ont rien de sérieux, tout au plus des noctambules en recherche d’occupations nouvelles.

- Ben voyons, et pourquoi pas un tirage spécial somnambules tant qu’on y est !

- Mesdames, votre temps est écoulé. Je donne la parole au siège 243.

- C’est inadmissible ! Je n’ai pas terminé de parler !

- Silence !! Allez-y 243.

- Merci bien. Sans aucun préambule, je tiens à dénoncer toute cette excitation. Vous semblez toutes prêtes à laisser parler vos mandibules acérées mais dans quel but au final ? Choisir le statut de bulles de BD n’est pas simple, c’est un vrai choix, quel que soit le sujet que l’on sert. Toutes autant que nous sommes, travaillons vite, très peu de pauses, nous nous devons d’être concises et claires, parfois percutantes pour éveiller les consciences ou l’imaginaire peu importe. L’ascenseur social, très bien, mais ce qui importe le plus, c’est savoir apprécier chaque journée au sein de ses propres pages. Observez votre lecteur, qui est-il, que recherche t-il ? Avez-vous déclenché chez lui une quelconque émotion ? Un sourire voire même un éclat de rire ? Une larme de compassion ? L’ascenseur social, c’est d’accepter de passer de mains en mains pour donner cette chance à chacun de pouvoir vous lire. Pour celles qui en ont marre, je n’aurai qu’un conseil à leur donner : tentez de postuler pour un récit de voyage et vous pourrez enfin buller en paix !

Dans l’hémicycle, des applaudissements, d’abord timides puis de plus en plus sonores se font entendre. Le message est passé. Certaines bulles ont préféré se lever et quitter la salle mais nous savons déjà que toutes reviendront demain.  

- La séance est levée ! 

 (article rédigé par CatCo - crédit photo latkun © 123RF.com)