13. janv., 2021

Anatomie d'un livre

Chaque mot en couleur correspond à une partie précise du livre. Sur le site web de la librairie In Quarto (cliquez ici), vous pouvez zoomer sur l'image du livre pour visualiser sa structure détaillée.

L’hiver est là, et ses petits maux avec. Mon bouquin préféré va mal ce matin. Bien décidé à prendre le taureau par les cornes, il se rend chez son médecin de famille :

- Docteur, ça y est, ça recommence, je ressens des douleurs au niveau de ma gouttière. Chaque hiver c’est la même chose, c’est à n’y rien comprendre.

- Mais si allons, tout a une explication. Dans votre cas, je dirais que c’est la conséquence logique de votre passage de mains en mains. Cela prouve que vous ne faites pas partie des tristes oubliés des rayons de bibliothèque.

- Ah ça oui, on peut dire qu’ils ne m’oublient pas, quel dommage ! J’aimerais bien parfois qu’ils me laissent quelques semaines de vacances. Il est vrai que l’on me tripote sans arrêt, j’en ai plein le dos à vrai dire.

- Vous êtes juste victime de votre succès.

- Quel succès ? Il n’y a plus aucun respect, j’ai le nerf à vif. Pas plus tard qu’hier, j’ai été balloté sans arrêt : jeté au fond d’un sac à main dès le matin, oublié sur un vulgaire comptoir de bar à la mi-journée, posé sur le bord d’une baignoire en début de soirée, mes pages flétries d’humidité. J’ai bien failli toucher le fond. Très franchement, si je suis venu vous consulter aujourd’hui, c’est que je me sens à plat.

- Je comprends mais voyez le côté positif, vous êtes un livre écrit pour les adultes. Imaginez ce que subissent quotidiennement les livres pour enfants. Eux ont de vraies raisons de se plaindre : pages cornées ou au mieux, gribouillées, couvertures arrachées …

- Oui je confirme, les petites mains sont les plus dangereuses, elles tirent sans arrêt sur mon signet intégré, comme s’il s’agissait d’une mèche de cheveux, elles m’ont lancé à plusieurs reprises contre un mur. C’était sans fin, j’avais la tête comme un ballon. Je n’avais qu’une seule envie, crier « en garde ! » ou encore « attention, je mor(d)s » pour les impressionner, mais rien n’y faisait. Parfois, je rêve qu’on me laisse dans un coin et qu’on m’oublie. Quel traitement me proposez-vous docteur ?

- Oh, croyez-moi, le meilleur qui soit : je vous prescris une place bien au chaud, en vitrine, dans le cadre de la prochaine exposition dédiée à la lecture. Vous serez au calme et pourrez vous y ressourcer.

- Merci docteur, je savais que je faisais bien de venir vous consulter. Certains de mes confrères feraient bien d’en faire autant. Et moi qui pensais qu’avec internet on allait tous se retrouver à la retraite ! (article rédigé par CatCo - crédit photo 123RF/kocastock)